Notre Dame du perpétuel secours

Notre Dame du Perpétuel Secours : l’histoire d’une oeuvre miraculeuse

1855, sur l’ordre de Pie IX, la Congrégation des religieux du Très Saint Rédempteur s’établit à la Villa Caserta sur la colline de l’Esquilin à la rue Merulana. Les religieux se mettent au travail avec ferveur. Ils transforment l’antique palais romain en pieux monastère. Ils bâtissent une église dédiée à leur fondateur, saint Alphonse de Liguori. Ils fouillent le passé à la recherche de souvenirs antiques liés à leur nouvelle demeure. Un soir de l’année 1863, la communauté des Rédemptoristes écoute pieusement le récit des découvertes d’un des religieux. Autrefois, en ce lieu, s’élevait une antique église consacrée à saint Matthieu. Dans cette dernière on vénérait une image de la Vierge Marie, la Madone de Saint-Matthieu-in-Merulana. Une œuvre miraculeuse plus connue sous le nom de Notre Dame du Perpétuel Secours. Ce précieux tableau avait fini par disparaître. Plus aucune trace de lui…

Quel est le parcours de Notre Dame du Perpétuel Secours au fil des siècles ? Quelle histoire passionnante se cache derrière cette œuvre miraculeuse ? Pour quelle raison la sainte Image était-elle souvent appelée la « Vierge d’Orient » par les Romains ? Retour sur les traces du passé à la découverte de Notre Dame du Perpétuel Secours et de son parcours prodigieux aux multiples péripéties.

Les origines de la Madone miraculeuse : de l’Orient à Rome

Ce soir de 1863 l’émotion est immense parmi les Rédemptoristes ! Qu’a bien pu devenir Notre Dame du Perpétuel Secours ? Quel émoi lorsque, soudain, Michel Marchi, un Père romain de naissance, s’écrie : « je sais où elle se trouve cachée » ! Devant l’assistance attentive, il s’empresse alors de raconter comment durant son enfance son amitié avec le Frère Orsetti du couvent des Augustins de Sainte-Marie-in-Posterula lui a permis de croiser le chemin de cette œuvre miraculeuse. En effet, au sein du monastère, le vieux Frère lui avait maintes et maintes fois montré une magnifique image de la Vierge, lui précisant avec insistance que cette dernière demeurait auparavant à l’église Saint-Matthieu située au couvent de Saint-Matthieu-in-Merulana où il avait vécu anciennement. Il était catégorique : cette Madone s’appelait la Vierge du Perpétuel Secours ! Dans le souvenir de Frère Orsetti, la sainte Image était par ailleurs associée à de merveilleux récits : des prodiges, des processions, des fêtes, des pèlerinages, … Le mystère semblait donc levé : Notre Dame du Perpétuel Secours se trouvait désormais au couvent de Sainte-Marie-in-Posturela ! Mais quel série d’événements avait pu la conduire dans cet endroit ?

Si le tableau miraculeux possède un style de peinture typique des XIIe ou XIIIe, il faut savoir qu’on ne retrouve trace de ce dernier qu’à la fin du XVe siècle. A cette époque, les habitants de l’île de Crète doivent fuir en Italie sous la pression des Turcs. Lors de ce périple en mer, une tempête crée la panique générale au sein de l’équipage. Tous perdent espoir. Tous, à l’exception d’un passager, un marchand. Calme et serein, ce dernier affirme placer son entière confiance dans une Image de la sainte Vierge qu’il a le bonheur d’avoir en sa possession. Cette image n’est autre que Notre Dame du Perpétuel Secours ! Tout l’équipage implore alors avec confiance la Mère de Dieu. Malgré les éléments en furie, tous arrivent à bon port. Notre Dame du Perpétuel Secours, la « Vierge d’Orient », s’installe alors au cœur de la capitale du monde catholique.

L’histoire romaine de Notre Dame du Perpétuel Secours

Voilà notre pieux marchand crétois à Rome. Son culte fervent pour la Vierge Marie étant resté intact jusqu’à son dernier souffle, il demande à un ami proche de confier la sainte Image à une des églises de Rome après sa mort. Ce dernier tardant à le faire, la Vierge Marie lui apparaît quatre fois en songe le priant instamment de respecter sa promesse. En vain ! L’homme meurt quelques jours après. La Vierge apparaît alors à la petite fille de la maisonnée pour ramener la famille à la raison. En vain ! Une voisine qui avait convaincu la veuve de ne pas écouter l’enfant tombe gravement malade. Prenant conscience de sa terrible erreur, elle crie qu’on lui apporte l’image miraculeuse et se trouve immédiatement guérie à son contact. Une nouvelle apparition de la Vierge à l’enfant permet à la famille de savoir à quelle église confier le précieux tableau. Selon les désirs de la Sainte Vierge, ce sera entre les églises de Sainte-Marie-Majeure et de Saint-Jean. Que trouve-t-on entre ces deux églises que la rue Merulana relie ? L’église Saint-Matthieu !

27 mars 1499, la Mère de Dieu rejoint le lieu qu’elle a choisi dans un cortège triomphal. Mis au courant des prodiges qui l’entourent, le peuple comprend qu’il est en présence d’une Madone miraculeuse. La Vierge du Perpétuel Secours récompense cette ferveur en opérant de nouveaux miracles. Le tout premier concernait une femme au bras paralysé qui recouvre l’usage de son membre dès l’instant où elle touche le tableau.

Des siècles passent marquées par les multiples prodiges de Notre Dame du Perpétuel Secours. Puis survient la grande Révolution. L’église Saint-Matthieu et le couvent des Augustins sont démolis. Soigneusement conservée par les membres de la Congrégation, la sainte Image est alors déplacée. La voilà désormais au couvent de Sainte-Marie-in-Posterula. Et pour faire survivre sa mémoire, le Frère Orsetti et son confident Michel Marchi sont là …

La rétrocession de Notre Dame du Perpétuel Secours au couvent des Rédemptoristes

Frappés par ces révélations providentielles, les Rédemptoristes se mettent en prière durant deux ans pour s’assurer que le retour du tableau miraculeux à son emplacement d’origine correspond bien à la volonté divine.

11 décembre 1865, le Père Mauron, Supérieur Général des Rédemptoristes, porte à la connaissance de Pie IX l’histoire incroyable de la Madone miraculeuse. Il formule avec respect une requête pour que la sainte Image soit restituée à la villa Caserta, anciennement église Saint-Matthieu. Le Pape donne son accord pour que la Très sainte Vierge retrouve sa place « entre Saint-Jean de Latran et Sainte-Marie-Majeure ». Le retour de la Madone à sa première demeure romaine devra être fêté en conséquence, s’empresse-t-il de préciser.

26 avril 1866, une procession triomphale accueille le retour de la Madone miraculeuse et inaugure la restauration de son culte. Tout au long du parcours de la procession, les rues de la Ville éternelle se parent d’ornements plus solennels les uns que les autres : de belles tapisseries, de magnifiques tentures, des parterres de fleurs, de splendides feuilles de laurier et de myrte, … La Vierge Marie ne tarde pas à répondre à cette accueil triomphal par des prodiges : l’enfant moribond d’une chrétienne est guéri après que celle-ci ait supplié Marie ; une maman prie en larmes la Vierge du Perpétuel Secours et sa petite fille privée de l’usage de ses jambes recommence à se déplacer librement. La sainte Image opère à nouveau des miracles !

La diffusion du culte de Notre Dame du Perpétuel Secours aux confins du monde

23 juin 1867, selon une ancienne coutume romaine, la sainte Image reçoit le suprême honneur d’être couronnée d’un diadème d’or. Coup de canon, tintements solennels des cloches et émouvants Te Deum annoncent à tous la nouvelle glorification de la Mère de Dieu. Particulièrement spectaculaire et grandiose, cette cérémonie passe d’autant moins inaperçue qu’elle se déroule durant les fêtes éblouissantes du Centenaire de saint Pierre. Des évêques, des prêtres et des fidèles sont venus par milliers de tous horizons afin de célébrer dignement l’événement. Tous entendent donc parler de Notre Dame du Perpétuel Secours durant leur séjour béni. Tous rentrent dans leur pays grandement marqués par la nouvelle Protectrice des chrétiens et les nombreux prodiges qui y sont associés. La dévotion à la Madone prend alors un essor incroyable. Désormais plus aucune obstacle ne viendra entraver son culte.

De nos jours, la Vierge du Perpétuel-Secours est vénérée sur la terre entière. Son Perpétuel-Secours répond aux sollicitudes de tous les croyants que nous sommes. En tout lieu, en tout temps, en toute circonstance. Dans la tentation, dans la difficulté, dans la peine et même au cours de notre dernier soupir. Compatissante et aimante, la Mère du Perpétuel-Secours accourt auprès de nous dès qu’on l’appelle et nous assiste tout comme elle l’a déjà fait tant de fois pour de nombreux fidèles. De l’île de Crète jusqu’à la ville sainte de Rome, la voilà désormais au plus près de chacun d’entre nous, prête à entendre nos prières les plus ferventes, nos requêtes les plus intenses …

Notre Dame du perpétuel secours

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *