la basilique de lisieux

La basilique de Lisieux : le testament d’une sainte universelle

Bien accrochée au sommet de sa colline et dominant la ville de son élégante prestance, la basilique de Lisieux attire les regards de tous les passants. C’est à juste titre, puisque ce magnifique édifice fait partie des églises les plus massives construites au cours du 20ème siècle. Elle rend hommage à l’une des figures saintes de la religion chrétienne, Thérèse de Lisieux, dont la spiritualité continue à inspirer des générations de croyants. En son sein viennent se recueillir chaque année des centaines de milliers de visiteurs.

Retour sur les origines, l’histoire et la construction d’un lieu exceptionnel : La Basilique de Lisieux.

Origine et construction de la basilique de Lisieux

Qui était Sainte Thérèse de Lisieux ?

Surnommée affectueusement « la petite Thérèse », sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face est née en 1873 dans sa chaleureuse maison natale d’Alençon, une commune normande réputée pour sa carrière de granite. Orpheline de mère dès l’âge de 4 ans et demi, la jeune Thérèse est élevée par ses sœurs, qui la quittent tour à tour pour rejoindre le Carmel de Lisieux.

Dès sa plus tendre enfance, Sainte Thérèse présente elle aussi une grande attirance pour la vie religieuse. Souhaitant à son tour intégrer le Carmel, elle effectue un pèlerinage jusqu’à Rome et rejoint finalement Lisieux à l’âge de 15 ans.

Jusqu’à sa mort 9 ans plus tard, d’une tuberculose, Thérèse de Lisieux développe une spiritualité innovante qui cherche le rapport à Dieu à travers les petits actes du quotidien. La théologie dite de la petite voix permet à Thérèse d’acquérir la sainteté en prônant l’amour de Dieu dans chacun de ses gestes, aussi insignifiants puissent-ils paraitre.

Le pape Pie XI ordonne sa béatification puis sa canonisation en 1925, soit seulement 28 ans après sa mort. Elle est également proclamée « Patronne secondaire de la France » et sainte des missions.

Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face laisse après elle nombre d’écrits enrichissants, dont Histoire d’une âme, un recueil d’écrits autobiographiques qui a inspiré maintes entrées en religion au sein de la population chrétienne. Face au caractère exemplaire de sa courte vie, Jean-Paul II nomme Thérèse de Lisieux docteur de l’Église, un titre honorifique suprême qui reconnait l’autorité indubitable de sainte Thérèse en matière de foi et de chrétienté.

Une basilique dédiée aux pèlerins du monde entier

Figure de dévotion et de sainteté, Thérèse de Lisieux devient rapidement un symbole de la foi chrétienne bien au-delà des frontières françaises. La nécessité de construire un lieu de culte sur la commune même où elle a vécu ses dernières années est discutée dès sa canonisation. La présence de nombreux autres lieux de cultes à Lisieux freine d’abord le projet. Mais sous l’impulsion du pape Pie XI et en raison d’une arrivée de dons phénoménale au Carmel, Monseigneur Suhard, l’évêque de Lisieux, décide de donner vie à la basilique.

En 1929, la première pierre est posée sous l’œil professionnel des architectes Cordonnier père et fils. De 1939 à 1944, les travaux sont considérablement ralentis à cause de la guerre et des bombardements, qui impactent toutefois assez peu la basilique. La construction reprend ensuite à un rythme plus élevé. Le 11 juillet 1954, la basilique de Lisieux est consacrée par les archevêques de Rouen et de Paris.

La basilique de lisieux : Architecture et ornements intérieurs

La basilique de Lisieux s’établit aux limites de la ville, à la fois facilement accessible et comme retirée dans son écrin de verdure. Selon la volonté de Pie XI qui souhaitait un édifice « très grand, très beau« , cette église égale la capacité d’accueil d’une cathédrale. Le parvis, immense avec ses 76 mètres précédant l’escalier, laisse à chaque visiteur tout le temps nécessaire pour prendre conscience de la beauté architecturale qui lui fait face.

Les aménagements extérieurs et la structure de la basilique

En prenant comme référence la basilique du Sacré-Cœur, située à Paris, la ressemblance est assez frappante. Le style romano-byzantin allie l’art roman, massif et révélant une lumière profonde, aux subtilités décoratives de l’architecture byzantine. Cette combinaison travaillée offre un équilibre parfait entre ancrage et élévation, entre matière brute et matériaux travaillés, entre sobriété des formes et délicatesse des détails.

La structure de tout l’édifice se partage en plusieurs zones :

  • la basilique en tant que telle, avec son dôme de 97 mètres de haut;
  • la crypte souterraine sur laquelle elle est posée;
  • le parvis et le campanile;
  • le chemin de croix qui se développe autour de l’abside;
  • les différents bâtiments de service.

Les pierres utilisées pour édifier cet imposant monument sont principalement du granite et du béton armé. En revanche, l’intérieur de la basilique s’orne de marbre et de nombreuses mosaïques.

L’aménagement intérieur de la basilique de Lisieux

L’un des éléments qui frappent le plus lorsque l’on pénètre dans la basilique de Lisieux, outre ses sublimes décors muraux, c’est l’absence de colonnes pour entraver la vue. Les 3000 visiteurs qui peuvent être accueillis ici à chaque célébration ont une vision dégagée jusqu’à l’avant de l’église.

Les mosaïques, quant à elles, invitent à retracer différents passages de l’Ancien Testament sous la direction de Pierre Gaudin, responsable de l’élaboration des mosaïques et vitraux du bâtiment. Vous pouvez notamment apercevoir sur l’arc triomphal le sacrifice d’Abraham, Agar et Ismaël secourus par un ange, Tobie et l’archange Raphaël ou Daniel entouré de lions.

La mosaïque absidiale fait intervenir trois personnages :

  • Jésus-Christ, sous la figure du Bon Pasteur;
  • la Vierge Marie à sa gauche, auréolée d’étoiles;
  • Sainte Thérèse à sa droite, à genoux.

Écartant le manteau du Christ, les deux femmes accueillent les brebis qui viennent s’y réfugier. Un symbole fort relaté par la phrase « Venez à moi, vous tous qui souffrez« .

Preuve de sa popularité mondiale, la basilique de Lisieux s’est enrichie de 18 autels mineurs qui ont été offerts par des pays divers dont les États-Unis, l’Irlande, le Chili ou l’Allemagne. Le saint patron de chaque nation prend place sur l’autel consacré.

La crypte et le campanile, deux constructions édifiantes

La crypte, hommage à la vie de sainte Thérèse de Lisieux

Sainte Thérèse de Lisieux mena une vie apaisée et spirituellement forte, qui est mise en image par la crypte de la basilique. Avec ses dimensions colossales de 50 sur 30 mètres, la crypte affiche moults mosaïques retraçant les grandes étapes de l’histoire de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face :

  • son baptême;
  • sa communion;
  • sa guérison par miracle;
  • sa prise d’engagement envers la vie religieuse;
  • son décès.

La châsse de ses parents, Louis et Zélie Martin, tous deux canonifiés, repose également dans la crypte depuis 2008.

Le campanile, un édifice sonore de qualité

Avec ses 51 cloches réalisées par la fonderie Paccard, le campanile a été inauguré assez tardivement, en 1975. Offrant un son d’une grande richesse, il est le lien qui unit la communauté proche chrétienne à la basilique. Ses cloches de volée, au nombre de 6, ont toutes un nom qui fait référence à la petite Sainte Thérèse comme Thérèse de l’Enfant-Jésus ou Thérèse des Missions.

Initialement, le campanile était prévu pour mesurer plus de 90 mètres de hauteur. Mais les dons affluant ont été réorientés vers des œuvres de bienfaisance, de telle sorte qu’il ne fut jamais terminé.

Marchez sur les pas de Sainte Thérèse de Lisieux dans la chapelle du Carmel

Si vous séjournez à Lisieux pour découvrir son admirable basilique, ne manquez pas de faire un détour par le Carmel où la jeune Thérèse fit son entrée dès ses 15 ans. Les visites du Carmel ne sont certes pas autorisées, mais vous pourrez découvrir la chapelle où repose la châsse de la défunte sœur ainsi qu’un parcours exposant des biens ayant appartenu à la petite sainte, quelques-uns de ses textes et des reliques exceptionnelles.

Intimiste et sobre, toute à son image, la chapelle de Thérèse de Lisieux vous invitera au recueillement, à la contemplation et au dévouement, sous l’œil protecteur d’un Dieu dont la présence semble emplir la pièce.

Quelques vitraux et ex-votos constituent la décoration modeste de ce lieu apaisant, surplombé d’un orgue.

La basilique de Lisieux, un lieu sacré et riche en émotions

Tous les pèlerins venus admirer la basilique de Lisieux et rendre hommage à Sainte Thérèse sont repartis avec un sentiment de plénitude et d’accomplissement. Tant par la structure des lieux et sa décoration émouvante que par l’histoire sur laquelle la basilique s’est forgée, une atmosphère unique y règne. Celle que les chrétiens recherchent à travers la foi, et que Thérèse de Lisieux souhaitait transmettre : l’amour de Dieu dans les choses les plus simples.