abbaye de solesmes

L’abbaye de Solesmes – voyage spirituel, dans le temps et en soi

L’abbaye de Solesmes, sur les bords de la Sarthe, conserve dans ses murs 1000 ans d’histoire et de spiritualité. Si vous avez l’occasion de la visiter, prenez le temps d’assister à un office chanté et plongez-vous dans la ferveur des chants grégoriens du chœur des moines de Solesmes. Voici les grandes étapes de son histoire, du Moyen Âge à l’époque moderne, à travers sa précieuse relique la Sainte Epine, ses ensembles sculptés et le travail remarquable de l’un de ses abbés, Dom Guéranger, qui a permis le renouveau de ce lieu magnifique. L’abbaye abrite encore aujourd’hui une communauté d’une cinquantaine de moines qui se consacrent à l’amour de Dieu et à la prière.

L’abbaye de Solesmes : 1000 ans d’histoire et de spiritualité

Le monastère de Solesmes a été fondé par Geoffroy le Vieil, seigneur de Sablé au IXe siècle, ou plus exactement, comme les archives nous l’apprennent, il avait fait don du domaine aux moines. Solesmes n’était au début qu’un simple prieuré dépendant de la Couture du Mans.

Solesmes au Moyen-Age

Ce lieu paisible sur les bords de la Sarthe a accueilli des moines bénédictins. Créé en Italie, l’ordre de saint Benoît se répandit à travers l’Europe. Les moines qui suivent la règle de saint Benoît organisent leur vie autour du travail, de la méditation et de la prière.

Au XIIe siècle un chevalier croisé rapporte de Terre sainte un morceau de la Sainte Epine, relique précieuse que l’on vénère encore aujourd’hui, tous les lundis de Pâques.

Pillés et incendiés pendant la guerre de 100 ans (1370-1425), le village et les alentours de Solesmes subissent de nombreux dégâts. Les moines s’engagent alors dans la reconstruction de leur église, qui ne retrouve cependant pas les volumes d’avant : la première travée de la nef ainsi que les bas-côtés disparaissent. La façade actuelle de l’église abbatiale date de cette reconstruction partielle.

Le renouveau de l’époque moderne

Solesmes bénéficie de la période florissante de la Renaissance et l’esprit temps, symbolisé par un renouveau artistique, intellectuel et spirituel. Abbés et prieurés qui se succèdent à la tête du monastère ont engagé un profond renouveau entre le XVe et XVIe siècle.

L’abbaye conserve de cette période les deux magnifiques ensembles sculptés de l’église. Ils représentent les saints de Solesmes. La qualité de leur réalisation et leur style expressif symbolisent le meilleur de cet art français, alors ancré dans une ère de renouveau culturel et artistique.

Solesmes, un patrimoine inestimable, symbolise la ferveur de la chrétienté. Ce lieu célèbre l’idéal monastique et la grandeur de la foi, à visiter pour s’imprégner de l’amour de Dieu et ressentir sa grandeur. L’abbaye de Solesmes est aujourd’hui célèbre pour avoir relancé les sublimes chants grégoriens.

La Sainte Epine

L’histoire de l’abbaye de Solesmes est indissociable de la Sainte Epine, relique précieuse de la vraie couronne du Christ, ramenée par Raoul, membre de la famille des seigneurs de Sablé, à l’issue de la première croisade. La présence de la relique de la Sainte Epine au sein de l’abbaye de Solesmes a eu une influence déterminante dans l’histoire des lieux, car on attribue à la relique grâces et miracles. En effet, la Sainte Epine attire les croyants sur le monastère, lui garantissant ainsi des revenus et construisant ainsi sa renommée bien au-delà de la région.

Cachée et sauvée pendant la Révolution française, elle est de nouveau présentée aux fidèles. En 1859, à l’époque où Dom Guéranger restaura l’abbaye, la relique est placée dans un nouveau reliquaire. On honore aujourd’hui la relique de la Sainte Epine tous les lundis de Pâques et elle continue d’attirer chaque année de nombreux croyants dans l’église abbatiale de Saint-Pierre de Solesmes.

Dom Guéranger, guide spirituel et restaurateur de l’abbaye

Le nom du monastère de Solesmes est étroitement lié à Dom Guéranger (1805-1875). Originaire de la région et né dans une petite ville proche de Sablé, Prosper Guéranger a toujours été fasciné par le prieuré lorsqu’il était enfant. Ordonné prêtre en 1827, il se passionne pour l’histoire de l’Église, de la liturgie et du droit canonique. Homme d’une grande culture, il est initié aux mystères de l’Immaculée Conception.

Lorsqu’il apprend la possible destruction du prieuré de Solesmes, il s’en fait acquéreur avec le projet généreux de restaurer la vie bénédictine. Aidé de l’évêque, il y installe et anime une petite communauté de moines, ce qui attire d’autres vocations autour du monastère. En 1837, le Saint-Siège la communauté bénédictine de Solesmes et le prieuré sont érigés en abbaye. Dom Guéranger est alors établi comme le chef de la Congrégation de France de l’ordre de saint Benoît.

Dom Guéranger est un disciple fidèle de saint Benoît, en a restauré les traditions. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, consacrés à la liturgie. Il meurt à Solesmes en 1875, âgé de 69 ans. Il est enseveli dans la crypte de l’abbatiale et son cœur repose dans le sanctuaire de l’église de Sainte-Cécile de Solesmes.

L’abbaye de Solesmes, un patrimoine chrétien inestimable

L’église abbatiale, l’art sacré, les stalles, l’orgue … Se promener dans ce lieu d’art, d’histoire et de spiritualité…

L’église abbatiale

Les parties les plus anciennes de l’église abbatiale datent du XIe siècle. Elle a été remaniée au cours des siècles, pendant la guerre de Cent Ans d’abord puis au XVe où elle a été en partie reconstruite. Au XIXe siècle, elle a été allongée. On doit également à Dom Guéranger des ouvertures sur les côtés et l’aménagement de chapelles latérales.

L’église abbatiale filtre une douce lumière à travers des vitraux des années 1930. Dans sa nef se dresse une statue du XVe siècle représentant saint Pierre, saint patron du monastère.

L’église abbatiale est ouverte aux visiteurs et vous pourrez y apprécier la profondeur des chants grégoriens du chœur des moines.

Les deux ensembles sculptés

Ces ensembles sculptés, également appelés « Les Saints de Solesmes » sont composés de :

  • La Mise au Tombeau du Christ, dans le bras Sud
  • Des scènes de la vie de la Vierge, dans le bras Nord : Pâmoison, Dormition, Assomption, Triomphe de la Vierge

Ces magnifiques ensembles sculptés montrant des Saints ouverts à la foi et à la lumière de Dieu portent un message d’amour fort. Ils sont les éléments les plus célèbres du prieuré et sont un lieu incontournable dans la région pour tous les passionnés d’art sacré.

Les stalles

Au sein de l’église abbatiale de Solesmes, on compte 64 stalles. Leur disposition actuelle n’est pas d’origine, tout l’agencement intérieur de l’église a été remanié, elles étaient placées dans la nef avant du transept.

Magnifiquement sculptées, les stalles représentent les ancêtres du Christ, remontant à Jessé, le père de David.

L’orgue

Cet orgue contemporain de 1967 provient de la maison Schwenkedel, à Strasbourg-Koenigshoffen, une des plus grandes manufactures alsaciennes d’orgues. Il s’agit d’un orgue à 39 jeux à traction mécanique. Il a été béni par le père abbé Dom Prou et inauguré par Gaston Litaize le 22 octobre 1967. Il a été conçu selon le type d’orgue « plein vent », c’est-à-dire que ses tuyaux sont évasés pour permettre une pression basse de l’air. Il en résulte un grand équilibre dans la palette de sons, des graves aux aigus. Ainsi composés, les éléments et la tuyauterie de l’orgue permettent d’aborder des œuvres polyphoniques de toute origine et d’un répertoire très varié.

À l’écoute dans le lien ci-dessous : Office des Vêpres – Orgue : Fugue en mi bémol majeur, BWV 552/2

La bibliothèque

La bibliothèque a été construite en 1937, avec de larges fenêtres arrondies, laissant passer la lumière. Elle rassemble des ouvrages de patristique, de théologie et de liturgie ainsi que de nombreux livres sur des thèmes aussi variés que la culture, l’art, l’histoire et la littérature.

Les moines consacrent du temps à la lecture individuelle et collective des textes sacrés, pour approfondir leur foi. Ils s’ouvrent également à d’autres type de lectures pour réfléchir et parfaire leur connaissance du monde.

Les bâtiments

Les bâtiments de l’abbaye de Solesmes sont composés du prieuré (construit en 1722) et de sa salle du chapitre (lieu de réunion de la communauté). Cette pièce était autrefois le réfectoire des moines. À l’étage, on trouve les cellules. Des portraits de moines décorent le couloir du premier étage. Le noviciat (lieu où les frères novices sont formés) se trouve au deuxième étage du bâtiment. À l’intérieur du prieuré se trouve le cloître, lieu calme propice au recueillement et à la vie intérieure.

Les jardins

Les jardins sont entretenus par les moines eux-mêmes, on y trouve même un potager et un verger. Les jardins et la nature sont propices au calme et à la méditation. Le jardin à la française de l’abbaye, avec ses arbres soigneusement taillés en cube et en cône, ne se visite pas. Il symbolise l’ordre et l’harmonie de la vie monastique. Le jardin de l’hôtellerie est accessible au public.

***

L’abbaye de Solesmes, par l’histoire qui s’en dégage, fait partie des lieux sacrés de notre patrimoine chrétien, comme la basilique et le carmel de Lisieux.

Ce lieu paisible sur les bords de la Sarthe vous procurera joie et sérénité. Amateurs d’art sacré ou d’histoire, visiter l’abbaye de Solesmes constitue un voyage dans le temps pour régénérer son cœur et son esprit, et s’ouvrir à la foi.